Afficher les éléments par tag : MYSTERE

Sept personnes étrangères les unes des autres se réveillent dans une ville en plein milieu d’un désert sans savoir comment elles sont arrivées là. Elles découvrent rapidement qu’elles sont épiées à chaque instant de leur vie par des caméras de sécurité et qu’il leur est impossible de s’échapper. Confrontées perpétuellement à des épreuves psychologiques et physiques, elles vont devoir s’unir pour survivre et réussir à quitter ce lieu à la fois mystérieux, oppressant et inquiétant, et ce malgré leurs différences...

Informations sur

  • Nom original de la série Persons unknown
  • Créateur Christopher McQuarrie
  • Dates 2010-2010
  • Genre Drame;  Thriller Mystère
  • Pays de production États Unis
  • Chaîne(s) de diffusion originale NBC
  • Chaîne(s) de diffusion française TPS Star
  • Nombre de saison(s) 1
  • Nombre d'épisodes 13
  • Durée 42 minutes
  • Critique

     

    En 1980, le cinéma nous offrait cette réplique devenue culte de John Merrick "Je ne suis pas un éléphant, je ne suis pas un animal, je suis un être humain, je suis un homme". Cette citation est en provenance directe du magnifique film Elephant man, écrit et réalisé par le grand David Lynch.
    Quelques années plus tôt, en 1967 plus exactement, la télévision nous offrait, quant à elle, une réplique qui a fait depuis son bonhomme de chemin et qui a su depuis marquer de nombreuses générations. Cette fois c’était un certain Numéro 6 (Patrick McGoohan), dans la série Le Prisonnier, qui s’exprimait de la sorte : "Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre". Nous avons ici deux répliques marquantes pour des œuvres fictionnelles de grande qualité. En étant sur deux registres différents, leur portée est considérable quand on aborde des thématiques telles que la tolérance, la dignité humaine ou tout simplement le respect de l’autre.

    En 2010, la chaîne américaine NBC développe la série Persons unknown. Dans un registre qui pourrait faire penser à la série susmentionnée, Persons unknown aborde entre autres les thèmes de la liberté, du libre-arbitre et des droits de l’homme, le tout avec certainement beaucoup moins de tact que l’a fait Le Prisonnier.
    La nouvelle série nous livre alors sa petite réplique personnelle : "We are not a bunch of rats in a maze! We’re human beings!", qui pourrait se traduire par "Nous ne sommes pas une bande de rats dans un labyrinthe ! Nous sommes des êtres humains !". C’est magnifique, les larmes auraient pu me monter aux yeux et pourtant ce ne fut pas le cas. Franchement c’est bien beau de sortir des tirades de la sorte, mais encore faut-il y croire quand on les dit, y mettre un peu de conviction et surtout avoir derrière soi un scénario qui tient la route. Le tout sonne creux et n’a aucune portée sur le téléspectateur. Là où je pleurais et rageais de voir John Merrick maltraité et moqué, et là où je ne comprenais pas comment des hommes pouvaient être enfermés à leur insu et identifiés par des numéros, j’éprouve devant Persons unknown une indifférence quasi-totale.

    Et ce n’est pas la tête pensante de la série, Christopher McQuarrie, anciennement créateur de l’excellent film Usual suspects, qui a réussi à sauver Persons unknown. Dommage, l’idée de départ était bonne, mais à mon sens, la série s’est perdue dans son idée première en essayant d’en faire un peu trop et en voulant à tout prix mettre une signification sur des choses qui auraient finalement pu rester secrètes. C’est plutôt sympa de temps en temps de ne pas connaître les tenants et les aboutissants. Le mystère a parfois quelque chose de bon, surtout s’il permet d’éviter à une série de sortir l’artillerie lourde avec des complots gouvernementaux et autres suspicions douteuses sur des sociétés secrètes qui s’avèrent en image souvent bien ridicules. Pour ce dernier argument, je vous laisse découvrir Persons unknown et apprécier un casting de Méchants en provenance direct du magazine Notre Temps.

    Pour ne pas gâcher la série aux curieux, je n’en dirai pas plus, même si ça me démange d’écrire quelques lignes sur la fin complètement rocambolesque de la saison. Au vu de celle-ci, on aurait cependant pu souhaiter une saison 2 car les portes restent ouvertes et l’histoire avait apparemment encore de quoi voguer sur les flots des programmes de NBC.

Publié dans Antre de la Crypte

"Je me suis réveillé sur une île au large des côtes de Seattle. Je ne savais pas comment j'avais atterri là, ni qui j'étais. Mais je savais apparemment tout sur tout le reste. Il y avait des choses me concernant que je ne comprenais pas : cette cicatrice, de ne voir qu'en noir et blanc, une claustrophobie extrême... Et bien que mes dons apportent des réponses aux autres, je cherche toujours les réponses à mes questions. Comme toutes les personnes dont on ignore l'identité, je m'appelle John Doe."

Informations sur

  • Nom original de la série John Doe
  • Créateur Brandon Camp Mike Thompson
  • Dates 2002-2003
  • Genre Science fiction Drame Policier Mystère
  • Pays de production États Unis
  • Chaîne(s) de diffusion originale Fox
  • Chaîne(s) de diffusion française M6,  W9,  TF6,  Série Club
  • Nombre de saison(s) 1
  • Nombre d'épisodes 21
  • Durée 42 minutes
  • Critique

     

    John Doe fait partie de ces séries télévisées qui n’ont pas eu la chance de perdurer sur nos écrans de télévision. En effet, après une vingtaine d’épisodes, la série a été annulée et ce, par manque de popularité. Pourquoi ? Les téléspectateurs n’ont-ils pas su discerner l’intérêt de la série ? La chaîne n’a-t-elle pas fait assez de promotion autour de son programme ? Rien ne sert d’épiloguer sur les raisons de cet arrêt qui a attristé un grand nombre de fans.

    John Doe avait tous les atouts de son côté pour en faire une série culte :

    • - des intrigues ;
    • - un personnage charismatique ;
    • - un complot ;
    • - des secrets...

    En une seule saison, John Doe est bel et bien devenue une série de référence.

    Mais ce succès ne dependrait-il pas tout simplement du fait que la série n'ait connu qu’une seule et unique saison. Le mystère reste encore complet, John Doe se pose toujours autant de questions sur lui-même, sur ses dons, sur sa vie passée, sur ses ennemis... et le téléspectateur reste lui aussi dans ce brouillard qui le laisse imaginer et fantasmer sur ce qu’aurait pu devenir cette série.

Publié dans Antre de la Crypte

Un agent secret britannique démissionne de son poste et quitte le bureau avec fracas. Il rentre chez lui au volant de sa Lotus. Dans son appartement, il prépare ses valises afin de quitter Londres, et c’est à cet instant précis qu’il est enlevé. À son réveil, il se retrouve dans un lien dénommé le Village où vit toute une communauté. Tous les habitants qui la constituent sont identifiés par un numéro, l’usage des noms y est prohibé. L’agent secret est désigné comme étant le Numéro 6. Face à ces habitants, il y a les geôliers qui n’ont de cesse d’obtenir des informations sur la démission du numéro 6. Ce dernier aura pour objectif de savoir qui se cache derrière le Numéro 1 et de s’enfuir du Village... Bonjour chez vous !

Informations sur

  • Nom original de la série The Prisoner
  • Créateur George Markstein Patrick McGoohan
  • Dates 1967-1968
  • Genre Drame Science fiction Mystère
  • Pays de production Royaume Uni
  • Chaîne(s) de diffusion originale ITV
  • Chaîne(s) de diffusion française TF1,  M6,  Série Club
  • Nombre de saison(s) 1
  • Nombre d'épisodes 17
  • Durée 52 minutes
  • Critique

     

    La question à se poser quand on a vu la série Le prisonnier, est la suivante : qu’est-ce que j’ai compris ? En d’autres termes, quelle est l’interprétation que l’on peut apporter à cette série télévisée ?

    En effet, Le prisonnier est une fiction qui fait réfléchir et qui amène inexorablement le téléspectateur à se remettre en question. Chacun y voit ce qu’il a envie d’y voir, mais dans tous les cas, on peut affirmer que le Numéro 6 fait quelque part partie de nous. Il est possible de voir dans chaque élément qui constitue la série une allégorie de notre société :

    • - le Village est le symbole de notre société et des barrières que celle-ci érige devant l’Homme ;
    • - le Numéro 1est tel un Dieu pour tous les humains qui habitent l’île ;
    • - le Numéro 6 est le représentant de l’homme libre qui cherche à comprendre le pourquoi du comment ;
    • - et pour ce qui est des numéros 2, il sont les souverains de chaque être et appliquent les règles au nom d’une entité supérieure.

    Le Village peut être également considéré comme un lieu d’expériences scientifiques sur les être humains. C’est au téléspectateur de prendre parti et de choisir son camp dans toutes les explications et les théories possibles.

    Patrick McGoohan, acteur (Numéro 6) et créateur de la série, nous propose ici une œuvre en avance sur son temps qui a connu son heure de gloire bien après sa première diffusion en 1967. Le prisonnier se veut être une réflexion sur la condition humaine, le libre arbitre, la liberté et le pouvoir.

    Cette série, bien que difficile d’approche car le téléspectateur entre dans un univers hors norme et ne comprend pas bien dès le départ où on l’amène, reste une oeuvre emblématique des années 60 tant au niveau esthétique que scénaristique.

    Depuis, nombre de séries ont été influencées par Le prisonnier sans pour autant arriver à reproduire la qualité de celle-ci. Pour n’en citer qu’une : Lost.

  • Le savais-tu ?


    Dans la série culte des années 60, Le Prisonnier, cette énorme boule blanche est un ballon gardien aussi appelé le Rôdeur. En VO, son nom est Rover.

    À l'origine, ce ballon aurait dû être une sorte de garde mécanique, à la fois encombrant et pas discret. La production a finalement préféré quelque chose de plus aérien et énigmatique.

    Coup de maître car ce ballon inquiétant est devenu un objet culte de la série avec l'inoubliable Patrick McGoohan.

    rover le prisonnier

Publié dans Antre de la Crypte

Danny et Evelyn Brogan et leurs deux enfants, Zoé et Mark, sont placés sous la protection des témoins. Toute la famille s’installe dans une petite ville tranquille nommée Meadowlands, avec pour espoir de recommencer une nouvelle vie pleine d’espoir et de bonheur. La magie tant attendue ne s’opère pas. Le passé tant redouté refait surface, les voisins sont plus louches les uns et que les autres et la famille plonge dans une paranoïa incessante et étouffante. La famille Brogan arrivera-t-elle à s’intégrer au sein de cette communauté inquiétante ?

Informations sur

  • Nom original de la série Cape Wrath
  • Créateur Robert Murphy
  • Dates 2007-2007
  • Genre Drame Mystère
  • Pays de production Royaume Uni
  • Chaîne(s) de diffusion originale Channel 4
  • Chaîne(s) de diffusion française Canal+,  Jimmy
  • Nombre de saison(s) 1
  • Nombre d'épisodes 8
  • Durée 45 minutes
  • Critique

     

    Meadowlands fait partie des séries à retenir pour l'année 2007. Certes la série n’a connu que 8 épisodes mais il serait dommage de ne pas visionner ces quelques épisodes tant la qualité de la série est irréprochable sur de nombreux points.

    Tout d’abord, il convient de saluer le travail des comédiens et des comédiennes qui ont su retranscrire à merveille tout le côté énigmatique et troublant de la série.

    david morrisseyDavid Morrissey

    David Morrissey qui incarne le rôle de Danny est tout simplement époustouflant et ses nombreuses scènes solitaires où la paranoïa le gagne ne sont pas sans rappeler le travail de Patrick McGoohan dans la série Le prisonnier. D’ailleurs en parlant de cette dernière, on peut noter quelques ressemblances entre les deux séries :

    • - l’ambiance oppressante ;
    • - la paranoïa ambiante ;
    • - la quête de la vérité ;
    • - ou encore la métaphore personnifié du lieu.

    Le lieu est, tout comme dans Le prisonnier, le point d’ancrage de la série. Qu’est cette ville dénommée Meadowlands ? Qui sont tous ces individus qui la peuplent ? Où se trouve Meadowlands ? Et surtout comment en sortir ? Autant de questions auxquelles la série tente de répondre en nous faisant suivre les aventures de Danny, de sa famille et des voisins. Tergiverser, se creuser la tête, essayer de comprendre... voilà des choses qui font de la série, une série de qualité.

    Ici, on ne nous fait pas tourner en rond, on ne nous laisse pas dans le flou pendant des heures, on avance petit à petit tout en se demandant si on ne sombre pas dans la folie pure et simple. Cette ville est étrange, les gens sont des plus cocasses avec leurs manies si particulières et la réalisation du show est très bien travaillée sur ce plan là.

    En effet, cet autre point m’a vivement frappé lors du visionnage de Meadowlands. Les couleurs, les déplacements de caméra ou même les bruitages jouent avec nos nerfs et nos questionnements. Une des scènes les plus marquantes est la scène où Danny s’en prend violemment à Jack. La scène est faite d’une telle manière que le téléspectateur a l’impression d’être au milieu du combat.

    Pour prendre un autre exemple, je parlerais des nombreuses scènes entre Evelyn, le Docteur David York et sa femme Abigail. David est un personnage inquiétant qui semble perdre pied à chaque seconde. Toutes les scènes où il rencontre Evelyn sont très soignées et nous plongent dans l’univers malsain dans lequel David évolue. On retrouve également ce schéma dans les scènes où il est avec sa femme. Ils sont tous les deux dans un monde immaculé (tout est bien à sa place, les couleurs sont sobres, les personnages sont tirés à quatre épingles...) jusqu’au moment où leur vie commence à leur échapper. A ce moment-là, le travail fait sur l’image nous montre un monde dépareillé où la violence prend le pas sur la sérénité.

    Vous l’aurez compris, Meadowlands est, pour moi, une grande série qu’il faut voir et revoir afin d’assimiler chaque détail. Cependant, on peut noter que peu d’éléments explicatifs nous sont donnés au terme des 8 épisodes qui composent la série. Je ne vous en dirais pas plus sur ce final afin de ne pas spoiler, mais je vous invite à nous dire dans les commentaires ce que vous avez pu penser de cette série énigmatique...

Publié dans Antre de la Crypte

Le vol 815 de la Oceanic Airlines s'écrase en plein milieu des îles du Pacifique. Les survivants du crash doivent à présent vivre ensemble et survivre sur cette île qui semble inhabitées, mais qui recèle de nombreux secrets...

Informations sur

Publié dans Antre de la Crypte

Emily Thorne, une jeune femme, retourne vivre dans les Hamptons où elle a vécu toute son enfance. Sauf qu'à l'époque elle s'appelait Amanda Clarke. Elle revient dans un but bien précis, venger son père et trouver ceux qui ont brisé son enfance.

Informations sur

  • Nom original de la série Revenge
  • Créateur Mike Kelley
  • Dates 2011-2015
  • Genre Drame Mystère
  • Pays de production États Unis
  • Chaîne(s) de diffusion originale ABC
  • Chaîne(s) de diffusion française TF1,  NT1,  Canal+  Family
  • Nombre de saison(s) 4
  • Nombre d'épisodes 89
  • Durée 42 minutes
Publié dans Antre de la Crypte

Twin Peaks, une petite ville du Nord-Est de l’état de Washington (à la frontière canadienne) semble paisible et dépourvue de malheur, mais tout ce bonheur n’est qu’une façade cachant bien des secrets. Et le matin où le cadavre de Laura Palmer, adolescente populaire, est découvert sur une berge, tous les secrets sont mis à mal. L’agent Dale Cooper du FBI est envoyé pour résoudre l’enquête. Il va découvrir que cette petite bourgade est le lieu de nombreux vices : trafics de drogues, prostitution, tromperies, meurtres et autres. Aidé de la police locale et d’autres personnes, l’agent Cooper va s’appliquer à résoudre les mystères qui entourent la faussement sage Laura Palmer. En effet celle-ci avait une sorte de double vie qui lui a attiré de nombreux ennuis. Grâce à ses méthodes peu classiques l’agent Cooper finira par résoudre ce mystère mais se rendra compte qu’il y en a bien d’autres dans cette petite ville tranquille. Création d'un revival de la série en 2017.

Informations sur

  • Nom original de la série Twin Peaks
  • Créateur David Lynch
  • Dates 1990-2017
  • Genre Drame Policier Fantastique Mystère
  • Pays de production États Unis
  • Chaîne(s) de diffusion originale ABC
  • Chaîne(s) de diffusion française Canal Jimmy,  Arte,  Série Club,  13ème rue,  Netflix
  • Nombre de saison(s) 3
  • Nombre d'épisodes 48
  • Durée 45 minutes
  • Critique

     

    Qui a tué Laura Palmer ?

    Cette question a lancé une des séries les plus remarquables de tous les temps. David Lynch, grand réalisateur, s’est essayé au genre télévisuel avec une virtuosité certaine. Car si Twin Peaks se veut calqué sur le format Soap Opéra (un nombre conséquent de personnages, évoluant dans diverses intrigues sous-jacentes à l'intrigue principale), elle recèle d’autres dimensions qui complexifient les mystères. La série vogue entre fantastique, drame, comique de situation, enquête policière et parfois même simple contemplation de la nature et du genre humain.

    Les acteurs sont tous sans exception grandioses et n’hésitant pas à tester les idées farfelues de Lynch et de ses compères (comme jouer en parlant à l’envers dans les scènes de la Chambre Rouge).

    Malgré ses qualités incroyables, la série ne sera sur nos écrans que durant deux saisons et ce du fait de certaines erreurs de la chaîne ABC, lâchant son show dans une grille de programme dangereuse : le samedi soir face aux diverses retransmissions sportives. De plus la guerre du Golfe, qui éclate, va reporter la diffusion de bien des épisodes, pour laisser place à des reportages quasi-continuels sur le conflit. Or, la série nécessitant une attention soutenue, ne peut être suivie dans des conditions idéales, lorsqu'il s'écoule plusieurs semaines entre la diffusion de deux épisodes.

    Les scénaristes étaient pourtant optimistes et conclurent la seconde saison sur un suspens mais rien ne sauva Twin Peaks de la déprogrammation.

    Reste une série qui compte des millions de fans dans le monde, et des épisodes d’une qualité que très rarement égalée.

  • Le savais-tu ?


    Dans Twin Peaks, Sheryl Lee incarne le personnage culte de Laura Palmer (photo 1) et celui de sa cousine Maddy Ferguson (photo 2). Jusque-là, rien de neuf !

    Laura Palmer
    Laura Palmer (Photo 1)

    Maddy FergusonMaddy Ferguson (photo 2).

    Au début du projet, Sheryl avait été embauchée uniquement pour incarner le corps sans vie de Laura. Cela était sans compter sur son talent et le nez creux de David Lynch quand il s'agit de trouver une muse. C'est ainsi qu'après une scène courte, Lynch a été impressionnée par la comédienne et lui a offert le rôle régulier de Maddy.

    Dans la série originale de 1990, Sheryl Lee interprète donc les personnages de Laura Palmer et Maddy Ferguson. En 2017, dans le revival de la série, Lee revient dans la petite ville de Twin Peaks pour cette fois-ci incarner un nouveau personnage, celui de Carrie Page (photo 3). Mais chut, je n'en dis pas plus sur ce troisième personnage...

    Carrie PageCarrie Page (photo 3)

Publié dans Antre de la Crypte

Wisteria Lane est un quartier chic et tranquille jusqu'au jour où un drame frappe de plein fouet ses habitants. Mary Alice Young se suicide laissant Susan, Bree, Lynette et Gabrielle dans l'incompréhension la plus totale. La vie reprend petit à petit son cours, mais de nombreux et terribles secrets rôdent dans ce petit coin de paradis. D'outre-tombe, Mary Alice nous conte le quotidien de ses 4 amies et de son quartier...

Informations sur

  • Nom original de la série Desperate Housewives
  • Créateur Marc Cherry
  • Dates 2004-2012
  • Genre Drame Mystère
  • Pays de production États Unis
  • Chaîne(s) de diffusion originale ABC
  • Chaîne(s) de diffusion française M6,  6ter
  • Nombre de saison(s) 8
  • Nombre d'épisodes 180
  • Durée 42 minutes
  • Le savais-tu ?


    Les maisons de Wisteria Lane n'ont pas uniquement été utilisées dans Desperate Housewives.

    wisteria lane

    En effet, tu auras pu croiser les façades de ces bâtisses dans d'autres séries cultes comme Malcolm, Code Lisa, Dragnet, Sliders...

    Et Wisteria Lane n'est autre que Colonial Street, rue située dans les studios Universal aux states. Dis-toi bien qu'elle a servi de décor à de nombreux films et de nombreuses séries.

Publié dans Antre de la Crypte

Dans les années 80, le camp de vacances Stillwater est le lieu parfait pour s'amuser et partager de bons moments entre amis. Mais l'été qui s'annonçait comme agréable tourne vite à l'horreur lorsque des phénomènes étranges se produisent...

Informations sur

Publié dans Antre de la Crypte

myqsJohnny Miller est témoin du suicide de son père. Suite à ce drame, il noie son chagrin dans l’alcool et la drogue. Un an plus tard, il emménage à Palm Springs avec sa mère et son beau-père. Une nouvelle vie commence pour lui dans ce paradis sur Terre. Seulement le quartier renferme ses propres secrets qui sont liés à la mort d’Eddie, un adolescent qui vivait dans la nouvelle maison de la famille Miller. Johnny, tout en se faisant de nouveaux amis, s’attelle à découvrir ce qu’il se cache derrière la sombre mort d’Eddie...

Informations sur

  • Nom original de la série Hidden Palms
  • Créateur Kevin Williamson
  • Dates 2007-2007
  • Genre Drame Mystère
  • Pays de production États Unis
  • Chaîne(s) de diffusion originale The CW
  • Chaîne(s) de diffusion française NRJ12,  TF1
  • Nombre de saison(s) 1
  • Nombre d'épisodes 8
  • Durée 42 minutes
  • Critique

     

    Hidden Palms, encore une énième série pour ados ? Oui et non.

    Oui car tout dans Hidden Palms est là pour plaire à un public jeune. Les protagonistes sont adolescents et ont des problèmes liés à cette période de la vie. Certes il y a une intrigue autour de la mort d’un personnage, mais ce fil conducteur est là pour créer des relations entre Johnny et les habitants de Palm Springs. Alors oui, la série parle d’amour, de querelles, de trahisons, d’amitié, de relations enfants / parents... bref tout ce qui fait une bonne série pour ados.

    Du déjà-vu certes. Cependant, Hidden Palms aborde d’une façon originale des thèmes comme le suicide ou l’alcool, par exemple. En effet, ici on ne nous jette pas les sujets en pleine tête sans qu’il y ait aucune réflexion autour de ceux-ci. Au contraire, Hidden Palms frappe fort et n’hésite pas à montrer le côté pervers et machiavélique qui imprègne chaque être.

    Malgré ces quelques bons points, la série a eu un parcours en dents de scie, allant de scènes percutantes comme celle du suicide du père de Johnny qui m’a vivement rappelé le premier épisode de Huff avec le suicide du jeune patient, à des scènes plus convenues comme les sempiternelles soirées mondaines où la bourgeoise aime se pavaner. Je rassure néanmoins les personnes adeptes de ce genre de show. Hidden Palms est un bon condensé de ce que l’on a pu trouver sur le marché mêlant une intrigue à la Desperate housewives et s’accordant à des séries comme Newport Beach ou encore Dawson, sans pour autant arriver à la cheville celles-ci.

    Les audiences n’ont malheureusement pas suivi, et la chaîne The CW n’a pas renouvelé la série qui se compose de seulement 8 épisodes.

    Le point positif reste que l’intrigue est résolue au terme de cette saison, cependant une deuxième saison aurait été la bienvenue. Johnny aurait certainement fait tout son possible pour faire tomber le coupable.

    Pour terminer je tiens à saluer l’esthétisme du générique qui est très réussi ainsi que la bande son qui comme toutes les séries pour ados, donne une saveur toute particulière à la série.

Publié dans Antre de la Crypte
Page 1 sur 2

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.