Flux RSS   Facebook   Twitter   Pinterest   Instagram   Youtube   Deezer

Quinn Mallory, jeune étudiant et génie en physique, passe le plus clair de son temps dans son sous-sol où il invente un appareil permettant de glisser dans les dimensions parallèles. Fier de sa découverte, il convie à une démonstration sa meilleure amie Wade et son Professeur Maximilien Arturo. Le test ne se passe pas comme prévu, amenant Quinn et ses amis, ainsi que le chanteur Rembrant Brown qui passait dans le coin par hasard, à voyager d’univers en univers avec comme seul espoir de rentrer chez eux...

Informations supplémentaires

  • Nom original de la série Sliders
  • Créateur Tracy Tormé Robert K. Weiss
  • Dates 1995-2000
  • Genre Aventure Science fiction
  • Pays de production États Unis
  • Chaîne(s) de diffusion originale Fox,  Sci Fi Channel
  • Chaîne(s) de diffusion française M6,  Sci Fi,  13e rue
  • Nombre de saison(s) 5
  • Nombre d'épisodes 88
  • Durée 42 minutes
  • Critique

     

    Sliders est une série qui a bercé les samedis après-midi de mon adolescence lorsque le temps était gris et que l’appel de la télévision se faisait plus oppressant que celui du ramassage de feuilles dans le jardin. Dernièrement, avant de me lancer à nouveau dans la série j’en avais de très bons souvenirs et malheureusement cette illusion s’est éteinte lorsque j’ai visionné le générique du dernier épisode. Je vais vous expliquer pourquoi...

    Si on prend la série dans son ensemble mon avis est assez mitigé car il y a de bonnes choses voire de très bonnes choses, mais d’autres moins intéressantes voire complètement dépourvues d’intérêt.

    Du positif...

    Pour les points qualitatifs de la série, je commencerais naturellement par le point de départ du show et donc cette histoire totalement géniale. En effet, faire voyager des personnages de dimension en dimension dans le but de retrouver leur Terre promise est une bonne idée. Avec un scénario comme celui-ci, il est facile de se renouveler, d’aborder tout un tas de sujets et surtout de mettre en place une réelle réflexion sur notre société.

    Dans ce sens, la série est plutôt convaincante. Les uchronies qui parsèment les saisons sont pour la plupart bien trouvées et font de Sliders une très bonne série de science-fiction.
    Sur ce point là, quelques épisodes marquants :

    • - Un monde au féminin (saison 1 épisode 8), où le sexe faible n’est plus celui des femmes.
    • - Un monde parfait (saison 1 épisode 10) où une loterie régit l’accroissement de la population mondiale.
    • - Le monde des dinosaures (saison 2 épisode 7) où les glisseurs atterrissent dans un monde où les dinosaures sont encore en vie.
    • - Un monde de répression (saison 4 épisode 11) où les glisseurs découvrent un monde où le nazisme a su trouver sa place.

    ... vers le négatif

    A côté de ces stand alone episodes s’est mis en place un arc au sujet d’extra-terrestres venus coloniser toutes les dimensions, les Kromaggs. Cet arc aurait pu s’avérer très intéressant mais à partir de la saison 4 tout tourne autour de ces êtres qui n’étaient que peu présents tout au long des trois premières saisons. Au final, les épisodes deviennent un peu tous similaires et l’ennui prend place.

    Et ce n’est pas l’arrivée de nouveaux membres au casting qui y change grand-chose. Certes Kari Wührer (Maggie Beckett) est une femme ravissante qu’il est très agréable de voir courir dans un short qui ferait pâlir de jalousie Lara Croft, mais ça ne fait pas tout. Les départs des trois acteurs principaux au cours des saisons 3 et 4, à savoir Jerry O'Connell (Quinn Mallory), Sabrina Lloyd (Wade Welles) et John Rhys-Davies (Professeur Arturo) ont été très dommageables pour la série. Ajoutons également que la direction du show a connu quelques désagréments étant donné que le créateur de la série Tracy Tormé a préféré quitter la production n’acceptant pas les orientations exigées par la Fox.

    La série est annulée en 1997 et revient l’année suivante mais cette fois-ci sur la chaîne Sci-Fi. Des changements qui auront à mon goût achevé la qualité intrinsèque de Sliders. Il y a tout de même quelques épisodes intéressants dans les saisons 4 et 5 mais rien de transcendant. Et le jeu d’acteur quasi-inexistant de Charlie O'Connell (Colin Mallory) et de Robert Floyd (Mallory) n’arrange rien aux choses. Le charisme de ce dernier se rapproche très certainement d’une huître à qui l’on vient de verser un giclée de citron dessus, et au final nous donne plus l’envie de lui mettre des claques que d’écouter ses sempiternelles blagues salaces qui ne font rire que lui. Difficile de prendre la relève de Jerry O’Connell qui, durant quatre saisons, avait bien en main l’équipe de glisseurs.

    Et dans toute cette histoire, seul Cleavant Derricks (Rembrandt Brown) est resté à la barre du navire et a su instaurer un lien entre la série et les fans. Ces derniers n’auront décidément pas eu de chance avec Sliders car la série s’est arrêtée au bout de 5 saisons alors qu’une sixième aurait normalement dû voir le jour. Ceci laisse les fans dans l’expectative de savoir ce qu’il est advenu de Rembrandt. Il suffit à présent de faire fonctionner son imagination et d’espérer le meilleur pour notre ami le Charmeur.

    Sliders a donc connu un grand nombre de tourments mais elle reste néanmoins, aux yeux des fans, une grande série de science-fiction. Pour ma part, elle est loin d’arriver à la cheville de chef-d’œuvres tels que Farscape ou Battlestar Galactica mais elle mérite d’être connue et d’être vue pour les deux premières saisons ou au minimum pour quelques épisodes de qualités parsemées dans l’ensemble des saisons.

    Je terminerais en rendant un petit hommage au comédien Ken Steadman qui a perdu la vie tragiquement lors du tournage de l’épisode Un monde d'eau pure (saison 3 épisode 6).

    A lire dans la catégorie des séries qui feraient mieux de rester dans nos souvenirs : Manimal.

Publié dans Antre de la Crypte

Cette première saison fait place à la découverte de la glisse, aux nouveaux mondes, aux doubles présents sur chaque planète et une aventure extraordinaire qui commence pour nos quatre amis.

Après avoir découvert que la planète sur laquelle ils ont atterri la saison dernière n’est en fait pas la leur, la désillusion est totale pour les glisseurs. Ils reprennent le chemin du vortex pour voyager à nouveau de dimensions en dimensions. Après de nombreuses aventures sur des mondes éparses, Quinn et sa bande rencontrent pour la toute première fois les Kromaggs. Le début d’une relation malsaine débute entre les glisseurs et ces hommes étranges.

Au cours de la saison, le Professeur apprend à Quinn qu’il est atteint d’une maladie incurable. Enfin, les glisseurs font la rencontre du Capitaine Maggie Beckett et du Colonel Angus Rickman dans un monde sur le point d'exploser. Ce dernier leur causera de nombreux soucis étant à l'origine de la mort du Professeur et s’enfuyant à travers les mondes avec son propre minuteur. La chasse pour retrouver Rickman est ouverte...

Après maints mondes visités, les glisseurs font enfin la rencontre de Colin, le frère de Quinn. Kolitar, un Kromagg que les glisseurs rencontrent dans le monde des parents biologiques de Quinn et Colin, sera un personnage récurrent qui donnera du fil à retordre à Quinn, Colin, Maggie et Rembrant.

Après avoir explorée de nombreux mondes et croisée une expérimentation de Wade, la bande débarque dans un monde où ils sont rois. Une religion fanatique, la "Slidology", régit la planète par le biais d’un homme au pouvoir psychique lui permettant de lire dans les pensées. Il a ainsi retracé les aventures des glisseurs et espère bien qu’ils vont rester dans son monde à présent. Rembrandt glisse seul vers sa terre avec en lui un virus qui devrait exterminer les Kromaggs. Est-il bien arrivé chez lui, a-t-il réussi sa mission ?

Sorties DVD, Casting, nouvelles entrées dans la Crypte, annulations... retrouvez l'essentiel des infos séries de la semaine ici !

Série à découvrir

Carrie, Charlotte, Miranda et Samantha sont 4 amies vuivant à New York. Sex and the City suit leur quotidien voguant entre travail, histoires d'amour et sexe...

Brèves de l'au-delà