Flux RSS   Facebook   Twitter   Pinterest   Instagram   Youtube   Deezer

L'abécédaire des séries annulées trop tôt (1/4)

mercredi, 06 mai 2020
Vote des sérievores :
(1 Vote)
L'abécédaire des séries annulées trop tôt (1/4) - 5.0 out of 5 based on 1 vote

Dans la vie, il y a les séries qui s'achèvent trop tôt et il y a les autres. Certaines œuvres télévisuelles ont la capacité de nous rendre accros, et ce dès les premiers épisodes. Un lien se crée dès le départ entre la série et nous. Notre souhait, que cette sensation perdure. Pour cela, une seule issue, le sacro-saint renouvellement. Malheureusement, la dure réalité nous rattrape et le couperet tombe. Les audiences ne sont pas au rendez-vous et la chaîne annule notre série coup cœur nous laissant seul, abattu...

Alors mon cher petit, est-ce que les fameux abécédaires de la Crypte aux séries t'ont manqués ? Ok, je m'emballe un peu car à ce jour, seulement deux abécédaires ont vu le jour :

Aujourd'hui, je te propose l'alphabet des séries télévisées dont la production s'est arrêtée trop rapidement. En toute franchise, l'exercice n'a pas été simple. Certaines séries ont été difficiles à trouver.

Que l'on soit clair, le défi n'a pas été de rechercher des séries annulées trop tôt, car j'aurais pu te pondre un inventaire de 50 séries cultes achevées prématurément sans problème. Mais je laisse ce genre de top à Konbini et autres sites opportunistes et putaclics. Ici, on ne cède pas à la facilité, on propose des listes alphabétiques, ça ne rigole pas... et bordel quelle galère !

via GIPHY

Comme pour les précédents abécédaires, je vais découper cet article en 4 parties. Ce sera plus digeste car tu connais ma propension à tartiner des kilooctets de texte sur ce site. Allez, c'est parti pour le premier volet avec les 6 premières lettres de l'alphabet.

Jean-Clément : "T'as intérêt à parler de Prison Break !"

D'un, Prison Break s'est arrêtée bien trop tard, une seule saison... que dis-je une demi-saison aurait suffi. Et de deux, P ne fait pas partie des 6 premières lettres de l'alphabet. Et puis merde, vas jouer dans les vignes le jour de l’épandage des pesticides.

A comme Angela, 15 ans

Angela, 15 ans

J'ai déjà parlé à de nombreuses reprises d'Angela 15 ans sur ce site. Pour connaître mon avis en détail sur celle-ci, tu peux te référer à l'article 3 séries des années 90 à découvrir et à ma critique dans la fiche de la série avec Claire Danes.

Et en parlant de la comédienne, c'est là, dans son choix des acteurs et actrices et dans l'écriture de ses personnages qu'Angela 15 ans excelle. Le casting est parfait avec une véritable alchimie entre Claire Danes et Jared Leto. Les personnages secondaires sont également présents à l'appel. Chacun livre une belle prestation avec une mention spéciale au personnage de Rickie Vasquez, interprété par l'excellent Wilson Cruz (La vie à cinq, Star Trek: Discovery, 13 Reasons Why).

L'autre point fort du show, est qu'il aborde de bien belles manières des sujets difficiles de l'adolescence et plus globalement des relations humaines : parents/enfants, ados/ados.

Malgré toutes ses qualités, la série n'a pas pu décrocher le saint Graal de la saison 2. Les audiences étaient pourtant présentes avec une réelle fan base, mais de nombreux facteurs n'ont pas aidé la série à se poursuivre : une forte concurrence sur les autres networks, Claire Danes n'était pas chaude pour participer à une saison 2 et très certainement ABC qui voulait miser sur des séries beaucoup plus bankables.

Angela 15 ans se termine avec à son compteur une seule saison.

  • Production : 1994-1995.
  • Chaîne de diffusion : ABC.
  • Genre : Drame pour ados et pas que.
  • Nombre de saison : 1.
  • Nombre d’épisodes : 19.
  • Créateur : Winnie Holzman.
  • Acteurs principaux : Claire Danes, Jared Leto, Wilson Cruz.

Autres séries qui auraient pu se retrouver ici : A to Z, Aliens in America.

B comme Boomtown

boomtown

Je me souviens que Boomtown a été diffusée sur France 2 vers 2004 ou 2005 en deuxième partie de soirée. Un souvenir lointain, mais qui m'a laissé toutefois une bonne impression. Et le pitch de la série y est pour beaucoup. Le voici : chaque épisode présente un crime commis à Los Angeles. Le crime est alors relaté selon différents points de vue : les médias, les policiers, les témoins, les avocats, etc.

Boomtown propose quelque chose d'assez nouveau dans l'incommensurable quantité de séries policières. Ici, on n'a pas le temps de s'ennuyer en suivant le simple déroulé d'une enquête policière. Le rythme s'enchaîne offrant au téléspectateur différents moyens pour comprendre l'investigation en cours, chaque nouveau point de vue apportant une information cruciale.

A la tête de la série, on retrouve Graham Yost, un habitué du monde des séries télévisées. Le monsieur a participé à l'écriture et à la production de moult projets : Band of Brothers, Justified, John Adams, Falling Skies, The Americans...
Le casting se compose, quant à lui, de noms biens connus : Donnie Wahlberg (Blue Bloods), Neal McDonough (Arrow, Desperate Housewives, Band of Brothers), Mykelti Williamson (Capitaine Furillo, 24 heures chrono,Justified), Lana Parrilla (Spin City, Swingtown, Once Upon a Time), etc.

Sur le tableau tout semblait parfait. Pourtant, NBC décide d'annuler Boomtown au tout début de sa saison 2. Les changements de casting et surtout les choix de NBC de dénaturer la façon de raconter l'histoire ont eu raison de la série.
En effet, NBC a souhaité que la saison 2 propose des épisodes plus linéaires avec moins de flashbacks. En gros, prendre un modèle plus classique de série policière. Un choix artistique malheureux.

Encore une série qui aurait eu plus sa place sur une chaîne câblée comme HBO. Mais cette dernière proposait déjà The Wire en 2002.

Boomtown se termine après une saison 2 écourtée.

  • Production : 2002-2003.
  • Chaîne de diffusion : NBC.
  • Genre : Policier.
  • Nombre de saison : 2.
  • Nombre d’épisodes : 24.
  • Créateur : Graham Yost.
  • Acteurs principaux : Donnie Wahlberg, Neal McDonough, Mykelti Williamson, Lana Parrilla.

Autres séries qui auraient pu se retrouver ici : Better off Ted, Blackpool, The Black Donnellys, Blood Drive.

C comme Carnivàle

carnivale

Carnivàle est l'un des plus grands chefs d'oeuvre signé HBO. Tout y est parfait, de l'histoire, aux décors, en passant par les personnages, les musiques... bref un univers qui te prend aux tripes avec des intrigues fascinantes.

Certains y verront simplement une série fantastique sur fond religieux, que nenni ! Carnivàle va bien plus loin et ne se cantonne pas à citer des versets bibliques vides de sens.

Marie-Constante : "Quand vous ne parlez pas de sexe, vous vous attaquez à la religion. Votre concupiscence et votre insolence vous mèneront à votre perte. C'est écrit dans la Bible, vos blasphèmes ne seront point pardonnés"

via GIPHY

Mais c'est qu'elle me fout les jetons la petite MC. À croire que le Démon t'habite ma bigote préférée.

À travers des personnages emblématiques et des histoires singulières, Carnivàle revisite avec brio le manichéisme qui forge notre monde et nos rapports humains, le bien contre le mal. Cette lutte des pouvoirs prend vie sous la forme de deux êtres que tout oppose et tout lie : le jeune orphelin Ben Hawkins et le Frère Justin Crowe.

La force de la série réside dans cette dualité constante présente dans chaque épisode. Une dualité incarnée évidemment par Ben et Justin, mais également dans les relations humaines entre chaque personnage : Samson et Lodz, Justin et sa soeur Iris, Ben et Sofie, Jonesy et Sofie, Stumpy et Rita Sue...

En résumé, cette dichotomie ancestrale et complexe qui régit notre monde se retrouve au coeur de toutes les thématiques abordées tout au long des deux saisons du show : religion, guerre, amour...

Mais voilà, la série s'est achevée aux termes de sa saison 2. Pourtant, il aurait été bon qu'elle poursuive son aventure au-delà de cet arc. Des coûts gigantesques ont eu raison d'elle, ne permettant pas à HBO de produire la suite, même si la chaîne avait foi dans le projet de Daniel Knauf. C'est ainsi que les fans sont restés sur leur faim alors qu'originellement la série était conçue pour être une trilogie, soit 3 arcs de deux saisons chacun.

Carnivàle s'achève sur une saisons 2 durant laquelle il y a eu de nombreuses révélations, mais certainement pas assez pour comprendre le projet de son créateur.

  • Production : 2003-2005.
  • Chaîne de diffusion : HBO.
  • Genre : Drame, Fantastique.
  • Nombre de saison : 2.
  • Nombre d’épisodes : 24.
  • Créateur : Daniel Knauf.
  • Acteurs principaux : Michael J. Anderson, Nick Stahl, Clancy Brown, Clea DuVall, Patrick Bauchau.

Autres séries qui auraient pu se retrouver ici : The class, Cupid.

D comme Dead Like Me

Dead Like Me

Pour parler de Dead Like Me, il convient avant toute chose de poser les bases. Voici le synopsis :

Georgia Lass est une jeune femme qui cherche un but dans sa vie. Elle n'a pas vraiment de lien avec sa famille, vient d'arrêter ses études et a pris un boulot d'intérimaire sans grand intérêt. En somme, une vie peu palpitante. Lors de sa pause déjeuner, la cuvette de toilettes d'une station orbitale s’abat sur elle. la tuant sur le coup. Georgia découvre alors qu'une vie existe après la mort. Elle rejoint une équipe de faucheur d'âmes. À présent, sa mission est de collecter les âmes des personnes mourant dans un accident ou étant tuées.

Avec ça, on est en droit de se demander sur quel pied doit-on danser ? Est-ce une comédie ? Est-ce un drame ? Oui je sais, c'est une comédie dramatique ! Merci Captain Obvious.

via GIPHY

Effectivement, Dead Like Me entre dans la case comédie dramatique. Il y a toutefois une petite nuance car je ne la catégorise pas dans le type comédie dramatique classique à la Ally McBeal, Crazy Ex-Girlfriend, Nurse Jackie ou encore Parenthood.
Par définition, elle en fait partie, en abordant la palette de thèmes liée au genre : famille, travail, vie sociale, amour, éducation... Sa particularité réside dans sa volonté de dépeindre tous ces sujets autour d'un seul, celui de la mort. Cerise sur le gâteau, c'est un sujet que j'affectionne tout particulièrement.

Jean-Gaspard : "Tu me fais rire mec. Tu veux trop te donner un côté dark genre "Ouais moi j'ai peur de rien, la mort je lui fais pipi dessus tellement elle ne me fait pas peur. Je m'habille en noir et je parle de la mort. Le week-end avec mes copains, on se grime et on fait des messes noires dans la cave de mes parents..." pfff, t'es ridicule. Et puis c'est quoi cette série avec un pitch tout pourri. Une série qui parle bien de la mort, c'est La Casa de Papel. Là, tu pleures et tu ne t'y attends pas. Ce n'est pas ridicule comme ta série avec une cuvette qui tombe du ciel. N'imp' mec !"

Merci pour cette intervention à la fois sympathique et... méprisable et extrêmement condescandante. Tu n'es qu'une Nellie Oleson, voilà ce que tu mérites :

via GIPHY

Et fais-moi plaisir, tu vois ton index, tu l'ériges bien droit, tu baisses ton pantalon et ton slip, tu l'insères dans le trou et tu appuies avec vigueur sur le bouton curiosité situé juste à côté de ta prostate. Tu verras que Netflix n'est pas la seule place pour trouver de bonnes séries. Comment ça y a pas bouton ? 

via GIPHY

Donc, la mort dans les fictions est un sujet qui me tient à cœur. Pourquoi ? Non pas parce que je m'habille en noir et que j'écoute du métal... bon c'est vrai aussi, mais pas que ! J'ai eu l'occasion de travailler le sujet lors de mes études en décortiquant le chef d'oeuvre télévisuel qu'est Six feet Under. Voilà pour la petite histoire !

À l'instar de cette dernière, Dead Like Me aborde le thème de la mort, encore bien souvent tabou dans nos sociétés contemporaines, avec justesse. Pour Georgia, la mort devient un moment où s'entremêlent la rédemption et la vérité. Ici, la mort n'est qu'un état qui permet à la vie de se poursuivre sur deux tableaux : du côté des vivants, avec la famille Lass endeuillée, et du côté de Georgia qui, morte, apprend à reprendre goût à la "vie".

Ainsi, Dead Like Me montre parfaitement le travail de deuil et la souffrance qui accompagne la perte un être cher. Tout comme sa grande sœur de HBO, elle s'attache à montrer que la mort et la vie sont étroitement liées. La mort fait intrinsèquement partie de la vie, mais il ne faut pas la voir comme une fatalité. Dans la mort, il y a la vie, et c'est le message clé que Six feet Under nous a livré tout au long de ses 5 saisons.

Ce discours, je l'ai retrouvé dans Dead Like Me à travers la relation que Georgia et sa soeur ont post-mortem. Et malgré sa mort, le personnage de Georgia évolue tout au long de la série. Elle apprend à nouveau à vivre et à reprendre goût à la vie, tout comme les personnes qu'elle a laissé derrière elle. Elle fait, elle aussi, son travail de deuil. Ce parallèle entre la mort du point de vue des vivants et du mort lui-même est bien amené et livre de belles scènes.

Dead Like Me est donc une série dramatique sur le deuil à la fois touchante et triste, mais un tel un bonbon acidulé qui éclate en bouche et livre une nouvelle saveur intense, elle est aussi une série drôle. Les personnages de Dolores et Mason sont des pépites. Ils ne manquent pas de faire rire par leur côté attachant et décalé.

Pour terminer, dernier point fort de la série, sa tête pensante : Bryan Fuller, le papa des excellentes séries Pushing Daisies et Hannibal. En conflit avec les studios, il n'est certes pas resté longtemps sur le projet,mais étant à l'origine du projet, Dead Like Me reste une signature incontournable de monsieur Bryan Fuller.

  • Production : 2003-2004.
  • Chaîne de diffusion : Showtime.
  • Genre : Comédie, Drame, Fantastique.
  • Nombre de saison : 2.
  • Nombre d’épisodes : 29.
  • Créateur : Bryan Fuller.
  • Acteurs principaux : Ellen Muth, Mandy Patinkin, Callum Blue, Laura Harris.

Autres séries qui auraient pu se retrouver ici : Deadwood, Dollhouse, Don't Trust the B---- in Apartment 23.

E comme Extras

Extras

Dans cette liste, Extras fera partie des séries que je connais mal, voire très mal. J'ai eu l'occasion de visionner 1 ou 2 épisodes de la série britannique et en toute franchise je ne m'en souviens pas beaucoup.

Alors, si je ne la connais que vaguement, pourquoi l'intégrer dans cet abécédaire des séries annulées trop tôt me diras-tu ? C'est une excellente question à laquelle je ne répondrai pas...

via GIPHY

C'est bon, je réponds avant que le courroux de Jean-Gaspard me frappe à nouveau.

Premier point, la série a seulement 2 saisons et un total de 13 épisodes. Là, c'est facile, la série a été annulée assez précocement, je pense qu'on est tous d'accord là-dessus.

Maintenant, qu'est-ce qui fait d'Extras une série qui mérite d'intégrer cet inventaire ? Tout d'abord son humour. En effet je n'ai que très peu de souvenirs de l'épisode que j'avais vu. Pourtant, je me souviens avoir ri, ce qui est plutôt un bon point pour une comédie.

L'autre point positif : Ricky fucking Gervais ! Rien que ce nom signifie que c'est de la balle. Oui j'aime beaucoup monsieur Gervais. Ce mec me fait mourir de rire depuis que je l'ai croisé dans la version UK de The Office (version originale de la série, n'est-ce pas !). Ses interventions en public sont souvent très drôles et bien senties. Je te renvoie vers sa dernière prestation en public très remarquée lors des Golden Globes de cette année :

Dernièrement, je l'ai trouvé à la fois très drôle, très incisif et très touchant dans sa nouvelle création diffusée sur Netflix : After Life. Oui Netflix a également du bon !

Et pour finir, Extras compte dans ses rangs plein de guests avec notamment Kate Winslet, Samuel L. Jackson et Ben Stiller.

Pas mal d'éléments qui font d'Extras une série incontournable et qui aurait certainement mérité une ou deux saisons supplémentaires. La certitude est qu'à présent j'ai envie de voir la série dans son intégralité.

  • Production : 2005-2007.
  • Chaîne de diffusion : BBC Two.
  • Genre : Comédie.
  • Nombre de saison : 2.
  • Nombre d’épisodes : 13.
  • Créateur : Ricky Gervais, Stephen Merchant.
    Acteurs principaux : Ricky Gervais, Stephen Merchant.

Autres séries qui auraient pu se retrouver ici : Eleventh Hour.

F comme Firefly

firefly

Pour terminer ce premier volet de l'abécédaire des séries annulées trop tôt, on s'attaque à un gros morceau : Firefly.

Il suffit de taper sur ton moteur de recherche préféré "quelle est la meilleure série arrêtée trop tôt" pour tomber sur des listes dans lesquelles Firefly a forcément sa place. Depuis son arrêt en 2002, Firefly a été érigée au rang de série culte. Et c'est à coup sûr cette annulation prématurée qui a offert à la série cet attachement si particulier que lui confèrent de très nombreux fans.

Firefly a été créée et produite au début des années 2000 par Monsieur Joss Whedon, oui le papa de Buffy contre les Vampires et Angel.

Elle évolue dans le genre science-fiction et plus précisément dans le sous-genre space opera western. En gros, la série mélange des éléments futuristes comme des vaisseaux spatiaux, des robots... et des références aux westerns : chevaux, flingues, cowboys, désert, etc. Pour les plus jeunes d'entre nous, un peu à la Westworld, notamment dans ces 2 premières saisons et sans les vaisseaux. Pour les autres, des références comme Trigun ou encore Cowboy Bebop ne vous feront pas peur, avec pour cette dernière, le personnage le plus classe de tous les temps, le bien nommé Spike Spiegel.

via GIPHY

La force de Firefly réside dans les personnages et dans les liens qui se créent entre eux. C'est en quelque sorte la patte de Whedon. Il arrive toujours à créer une alchimie au sein d'une petite communauté d'individus. À la fois tous différents et parfois avec des objectifs qui leurs sont propres, les protagonistes se réunissent toujours autour d'un même projet : achever une quête, lutter contre les forces du mal, retrouver un disparu, etc.

De ce groupe d'individus émerge une tête pensante, un personnage central qui a bien souvent la casquette de héros. Ici, il ne s'appelle pas Jack (ce héros des temps modernes), mais Malcolm, interprété par l'excellent Nathan Fillion. Dans la série vampirique culte de Joss Whedon, Buffy faisait office de ce centre névralgique autour duquel se retrouvait le fameux Scooby-gang.

Nous avons donc cette sommité héroïque autour de laquelle l'histoire évolue et avance. Mais seule, sans ses acolytes elle n'est rien. Pour atteindre son but, elle a besoin de son équipe. Son entourage est sa force et également son talon d'Achille.

Joss Whedon réussit à chaque fois cette construction narrative dans ses histoires. On s'attache aux héros, mais également à ses comparses. On suit ainsi une bande de potes qui ensemble, grâce à leurs différences, à leurs propres facultés et à leur propre conception de la vie, arrivent à créer quelque chose. Firefly ne déroge pas à la règle et en quelques épisodes nous offre un show très réussi avec une intrigue séduisante et des personnages attachants.
De ce point de vue là, Firefly me fait un peu penser à Farscape, une des meilleurs séries SF, si ce n'est la meilleure.

Cette série semble parfaite me diras-tu. Effectivement, mais alors pourquoi Firefly a été annulée aussi tôt ?

Tout d'abord, il y a eu de nombreux désaccords entre la chaîne de télévision, la Fox, et Whedon. Des divergences à la fois scénaristiques et techniques (format de l'image notamment). De quoi démarrer du mauvais pied.

Ensuite, la Fox aurait eu la mauvaise idée de diffuser les épisodes dans le désordre. On connaît bien ça en France, et on sait pertinemment que c'est une idée de merde ! Mais bordel, est-ce que ça te viendrait à l'idée de mettre la fin du Sixième sens de Shyamalan au bout de 20 minutes du film, non ? C'est une idée de merde ! Est-ce que tu trouverais opportun de mélanger l'ordre des livres Harry Potter ? Non, ça parait évident pourtant. Quand tu fais l'amour à ta femme, tu ne lui fais pas une faciale avant... Oh on arrête tout là, ça va trop loin !

via GIPHY

Et dernier point, comme cela est très souvent le cas, les audiences n'ont pas été au rendez-vous. Firefly nous a donc quitté après la diffusion de ses 11 premiers épisodes.

  • Production : 2002-2002.
  • Chaîne de diffusion : Fox.
  • Genre : Science-fiction.
  • Nombre de saison : 1.
  • Nombre d’épisodes : 14.
  • Créateur : Joss Whedon.
  • Acteurs principaux : Nathan Fillion, Gina Torres, Alan Tudyk, Morena Baccarin, Adam Baldwin, .Summer Glau.

Autre série qui aurait pu se retrouver ici : Freakylinks.

N'hésite pas à te rendre dans les commentaires pour donner les séries que tu aurais aimé voir dans cette première liste. Dis-moi aussi celles que tu imagines pour la suite. Et partage cette actu, tu seras un amour. Des bisous.

Lu 223 fois
Chewy

Les 5 séries incontournables :
Six feet under, Breaking Bad, Doctor Who, The Office, Les Soprano.

Comments est propulsé par CComment

Série à découvrir

Roman Mercer se bat pour sauver sa petite ville en Alaska contre les forces du mal.

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.