Flux RSS   Facebook   Twitter   Pinterest   Google +   Youtube

3 séries à huis clos à éviter

vendredi, 20 mai 2016
Et toi, t'en penses quoi ?
(0 Votes)

Les fictions à huis clos, c’est comme une boîte de chocolat : on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Une assertion qui plairait à coup sûr à notre cher Forrest, dans laquelle il y a à la fois du vrai et du faux. Comme pour n’importe quel genre, il y a à boire et à manger, de la qualité et de la non qualité. Cependant, un dénominateur commun peut nous indiquer si une série à huis clos sera de bonne ou de mauvaise facture. Intrigués vous êtes ? Des explications je vais vous apporter !

Pourquoi parler du huis clos ? Tout simplement car la chaîne The CW a mis fin à sa série Containment cette semaine. Je profite donc de cette annulation pour vous parler en quelques mots de la série, de quelques-unes de ses consœurs et plus largement du genre en lui-même.

Le huis clos, l’art d’offrir des confrontations captivantes.

Le huis clos est un genre que l’on retrouve à de nombreuses reprises dans la littérature, le théâtre et le cinéma. Le genre consiste à mettre plusieurs personnages dans un même lieu. Un espace restreint où les protagonistes se retrouvent confinés ensemble dans un même espace/temps poussant ainsi les interactions entre eux à leur paroxysme.

Les relations et les liens sociaux sont alors resserrés conduisant bien souvent les personnages vers des comportements insoupçonnés d’eux-mêmes et de leurs proches. C’est ce qu’on pourrait appeler une exacerbation des relations sociales, une exacerbation positive ou négative. Ainsi, on pourra autant voir des histoires d’amour intenses naitre que des tensions violentes éclater. "L’homme est un loup pour l’homme", n’oublions pas ce que disait le philosophe Thomas Hobbes.

Et ce crédo, le cinéma a su l’utiliser à de nombreuses reprises dans les films d’horreur ou les thrillers.

Les pépites du cinéma format huis clos

Du côté des huis clos, le cinéma nous a offert moult pépites et ce depuis son avènement. Pourtant, le genre est clairement difficile à aborder. Il faut tenir en haleine ou du moins intéresser le spectateur pendant toute la durée du film. Exercice pas évident et souvent périlleux sur lequel de nombreux cinéastes se sont cassés les dents. Je pense notamment à des films comme En quarantaine, Leviathan, quelques suites comme celles de Saw et de Cube.

A côté de cela, il y a eu de très grands films sur le thème du huis clos dont mon préféré : 12 hommes en colère. Le film est sorti en 1957 avec à la direction Sidney Lumet. Il est une adaptation d’une pièce de théâtre du même nom et suit un jury composé de 12 hommes lors de leurs échanges afin de délibérer sur une affaire judiciaire. L’histoire se déroule dans sa quasi-totalité dans la salle de délibération et on suit avec passion les débats entre ces hommes. Le suspense est crescendo et la tension est palpable tout au long du film. Cela témoigne parfaitement d’une réelle maitrise de l’écriture scénaristique. Pour en savoir plus sur le film, je vous invite à consulter sa fiche sur le site d’Allociné et je vous incite vivement à le regarder. Film culte par excellence !

Jean-Clément : "Ah moi mon film culte c’est Piège en haute mer avec Steven Seagal. La scène du gâteau est géniale !"

erika pieges

Il est vrai que cette scène avec le gâteau ferait saliver n’importe quel petit gourmand (un petit cadeau en vidéo vous attend à la fin de l'article)... mais ne nous égarons pas trop et revenons à nos moutons.

Il y a eu bien d’autres films de grande qualité dans la thématique huis clos avec des genres assez variés. En voici une liste à la Prévert. Ne vous offusquez pas si votre film préféré n’en fait pas partie. Je ne peux pas tous les citer, mais n’hésitez pas à étoffer cette liste dans les commentaires.

Les séries ont su relever le défi du huis clos

Du côté des séries télévisées, il y a eu aussi de belles idées en ce qui concerne le format huis clos. Je pense de suite à une série culte des années 60 que nos parents connaissent forcément et que TF1 avait diffusé à l’époque sur son antenne. Je nomme l’excellente série Le Prisonnier. Je parle bien de celle de 1967 et non pas de son remake des années 2000. Je ne pourrais d’ailleurs pas vous faire de retour sur celui-ci, ne l’ayant pas vu. Et à ce jour je ne compte toujours pas le voir. Une appréhension d’être déçu très probablement et peut-être à tort, mais pourquoi vouloir à tout prix faire un remake d’une bonne série ?

Dans un autre genre, il y a Oz, une série phare de la chaîne HBO. Toute la série se déroule au cœur du pénitencier d’Oswald.

Le point commun de ces séries est la personnification du lieu dans lequel se passent les événements. Ce point géographique n’est pas simplement un cadre où l’action se déroule. Le lieu est un personnage au même titre que les autres. Le lieu influe sur les agissements de nos héros et joue un rôle prépondérant dans leur vie. Il devient le maître absolu de leur destin. Dans les séries traitant avec finesse la thématique du huis clos, le lieu est véritablement important. Il ne sert pas uniquement de prétexte pour faire évoluer telle ou telle histoire. Il est et il fait l’histoire. Il est décrit et présenté de manière à ce qu’on se souvienne de lui autant que des personnages. Et je pense pertinemment que c’est en ça qu’une série à huis clos devient une bonne série à huis clos.

Le huis clos, on s’en fout !

D’autres ont loupé le coche. Elles n’ont pas réellement intégré le lieu comme une entité à part entière. Les personnages évoluent finalement dans un lieu présenté durant le pilot de la série, mais il n’a plus aucune importance par la suite, si ce n’est leur rappeler qu’il peut leur imposer des contraintes.

Outre le fait de ne pas avoir su présenter ce lieu comme quelque chose, voire quelqu’un, de central, elles ont en prime accès leur scénario sur des histoires peu intéressantes. Le lieu leur sert simplement de prétexte pour traiter de sujets chiants et non essentiels :

  • Parler des petites querelles au sein de la communauté.
  • Mettre en avant le beau gosse du coin (généralement le héros) qui va défendre la veuve et l’orphelin.
  • Montrer que le bad guy de la série est sacrément méchant. C’est abusé il n’arrête pas de faire de vilaines choses.
  • Présenter l’ado du coin comme le pire boulet de la terre ou plutôt du lieu géographiquement restreint.

Dale dans Jericho

Dale dans Jericho.

Je pourrais poursuivre la liste encore et encore.

Dans les trois séries que je vais citer en dessous, j’ai retrouvé exactement les mêmes erreurs. Les lieux respectifs ne servent que de mise en place au scénario et sont nullement fondateur de l’univers de la série. Par exemple, dans Jericho, la ville ne joue pas un rôle important. Elle est simplement là pour délimiter un lieu dans lequel les personnages évoluent. Les scénaristes ont trop accès leur écriture sur des protagonistes creux comme Dale, Eric ou Emily. Finalement des héros ennuyeux n’apportant rien à la série et au schmilblick qu’est Jericho. On perd du temps à présenter des personnages dont on se fout royalement. Et c’est là que je vais boucler sur mon dénominateur commun permettant de repérer la bonne ou la mauvaise série à huis clos.

Alors oui mon second dénominateur car le premier serait effectivement la façon dont est présenté le lieu. Seulement cela reste assez subjectif. Chacun peut avoir sa propre interprétation du lieu et le voir différemment.

Donc ce dénominateur est celui de la chaîne sur laquelle est diffusée la série. Je parle ici des séries américaines. Les séries à huis clos produites sur les networks (ABC, CBS, NBC, FOX, The CW), l’équivalent de nos chaînes hertziennes (TF1, France 2, M6…), traitent la thématique toujours de la même façon. Elles donnent la part belle aux histoires secondaires et inutiles ainsi qu’aux personnages inintéressants que l’on a envie de passer au sanibroyeur après seulement 2 épisodes.

Pourquoi tant de cruauté ? C’est une question rhétorique.
On le sait bien pourquoi les scénarii sont écrits de la sorte. Il faut avant tout garder le téléspectateur devant son écran, le faire rester le plus longtemps possible captif devant sa télévision et l’abreuver de publicités. Ainsi on se retrouve avec des saisons à rallonge dont plus des ¾ des épisodes sont aussi utiles qu’un décapsuleur pour ouvrir une brique de lait. Et là où ils sont filous c’est qu’à certains moments où tu te sens prêt à arrêter le visionnage de la série, BAM ils te sortent un cliffangher que même Jack Bauer, ce héros des temps moderne, n’aurait pas vu venir. Finalement tu restes en te disant, la pression monte (pas mal pour du lait...) peut-être que l’intrigue va décoller. Non, non, non tu t’es bien fais rouler mon ami. Le boulet d’ado du coin va revenir avec ces histoires à deux balles. Bouh il a volé dans le supermarché, qu’il est vilain... Allez, faisons un épisode centré sur ce vilain garnement. Vous comprenez certainement mon désespoir si vous l’avez vécu...

Pour conclure, j’avoue avoir été très déçu par les huis clos proposés sur les Networks. Aucun ne m’a véritablement convaincu. Je n’ai cependant pas vu toutes les séries de ce genre, je suis peut-être passé à côté d’une perle rare et dans ce cas je vous prie de bien vouloir m’en excuser et de m’orienter vers cette série si elle existe.

En attendant et comme promis, voici les 3 séries à huis clos que je déconseille fortement. Les critiques de ces séries sont à découvrir sur les fiches de celles-ci. Je vous invite à cliquer sur les liens des séries.

Jericho

Jericho

  • Production : 2006-2008.
  • Chaîne de diffusion : CBS.
  • Genre : Science-fiction, Drame.
  • Nombre de saisons : 2.
  • Nombre d’épisodes : 29.
  • Note de la Crypte aux séries : 2/5.

Pour en savoir plus : Jericho.

Persons Unknown

Persons Unknown

  • Production : 2010-2010.
  • Chaîne de diffusion : NBC.
  • Genre : Science-fiction.
  • Nombre de saisons : 1.
  • Nombre d’épisodes : 13.
  • Note de la Crypte aux séries : 1/5.

Pour en savoir plus : Persons Unknown.

Under the Dome

Under the Dome

  • Production : 2013-2015.
  • Chaîne de diffusion : CBS.
  • Genre : Science-fiction.
  • Nombre de saisons : 3.
  • Nombre d’épisodes : 39.
  • Note de la Crypte aux séries : 1,5/5.

A ce jour, pas de fiche sur la Crypte aux séries. Vous pouvez cependant en apprendre plus sur la série sur sa page Wikipedia.

Containment

Containment

Et en bonus, la série qui a instigué l’écriture de cet article, la fraichement annulée Containment. Celle-ci a un statut assez particulier car elle est encore en cours de diffusion. Il est donc délicat de se faire un avis définitif sur la série bien qu’elle emprunte avec délectations quelques grosses ficelles décrites un peu haut.

A noter que Containment diffère également car elle est annoncée comme étant une mini-série. Bien que la chaîne ait laissé entendre qu’en cas de gros succès une saison 2 pourrait bien voir le jour. Ça ne vous rappelle rien ? Oui, Prison Break, tout à fait, qui devait être une série courte et s’est vue finalement octroyer des saisons à rallonge avec un scénario poussif et catastrophique.

Finalement, Containment partait mal dès le départ...

  • Production : 2016-2016.
  • Chaîne de diffusion : The CW.
  • Genre : Drame.
  • Nombre de saisons : 1.
  • Nombre d’épisodes : 13.
  • Note de la Crypte aux séries : 2/5.

Générique

Lu 1060 fois
Chewy

Les 5 séries incontournables :
Six feet under, Breaking Bad, Doctor Who, The Office, The Sopranos.

La série à découvrir

Bay Kennish et Daphné Vasquez sont deux jeunes filles dont la vie est chamboulée le jour où elles découvrent qu'elles ont été échangées à leur naissance.

Brèves de l'au-delà

Sorties

27 Sep 2017;
Code Lisa - Saison 5

Bonnes affaires